Fertilisation minérale et organique du canola intégrant l’utilisation d’engrais verts

Titre du projet : Fertilisation minérale et organique du canola intégrant l’utilisation d’engrais verts

Année de réalisation : 2014-2016

Chercheurs impliqués :

  • Demandeur principal : Anne Vanasse, Ph.D., agr., professeure titulaire, Université Laval
  • Co-demandeur : Denis Pageau, M.Sc., chercheur, Agriculture et Agroalimentaire Canada    à Normandin
  • Co-demandeur : Martin Chantigny, Ph.D., chercheur, Agriculture et Agroalimentaire Canada à Québec
  • Collaborateur :     Denis Angers, Ph.D., chercheur, Agriculture et Agroalimentaire Canada à Québec
  • Étudiant gradué à la maîtrise : Mathieu Vaillancourt, Université Laval

Financement octroyé par le FRAN-02 : 50 491 $

Montant total du projet : 142 200 $

Objectif : Vérifier les apports en azote et la rentabilité de différentes stratégies de fertilisation incluant les engrais verts dans la culture du canola sous climat frais (Normandin et Québec)

Résultats et retombées attendus : Les résultats obtenus permettront de déterminer l’impact de combinaisons de pratiques culturales (fertilisation minérale et/ou organique et engrais verts) sur la fertilité des sols et les apports en azote à la culture du canola afin d’améliorer le bilan économique de cette culture. Le fait de « chiffrer » les apports d’azote issus des amendements organiques et des engrais verts permettra aux producteurs de réduire leurs dépenses en engrais minéraux et améliorer ainsi la rentabilité de la culture du canola.

Conclusion : Même si la culture de trèfle en intercalaire n’a pas eu d’impact significatif sur le prélèvement en N du canola, cela a eu un impact sur les rendements. Pour chacun des quatre essais de cette expérience, l’EV a entraîné la plus grande augmentation de rendement du canola lorsque celui-ci n’était pas fertilisé, avec des augmentations de 6 à 42%, et cette réponse positive au trèfle a diminué avec l’augmentation des taux de N, révélant que la contribution du trèfle aux rendements de canola était principalement attribuable à des effets liés à l’azote. La réponse du canola à l’engrais vert a semblé être plus grande lorsque la capacité d’apport en N du sol était faible, comme c’était le cas à SA en loam sableux par rapport à l’argile limoneuse de NO. La VRF du trèfle a varié de 21,8 à 81,8 kg N ha-1. Il n’y a pas eu d’interaction entre l’engrais vert et le type d’azote complémentaire utilisé pour la fertilisation du canola pour les prélèvements en N du canola ou les rendements. Cependant, les prélèvements en N et les rendements du canola étaient plus faibles lorsqu’ils étaient fertilisés avec le lisier de porc, celui-ci ayant été moins efficace que prévu

À la lumière de ces résultats, il semble qu’une augmentation de rendement et une réduction de l’utilisation d’engrais azotés dans le canola pourrait être obtenue en implantant une culture intercalaire de trèfle dans l’orge précédente, particulièrement en sol plus léger. L’utilisation d’un engrais organique dans le canola tel que le lisier de porc s’avère une avenue intéressante pour diminuer les coûts d’engrais minéraux, mais nécessite une bonne gestion pour éviter les pertes d’azote.

 

 

Abonnez-vous à notre infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez mensuellement des informations pertinentes relatives au créneau et ses partenaires ; projets, activités, opportunités d’affaires, nouvelles d’intérêt et plus encore !

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This